Trouver un logement

Sommaire

 

Trouver un logement rapidement n'est pas chose aisée. Toutefois, quelques pistes peuvent vous aider à gagner en efficacité.

Que vous cherchiez un logement directement auprès des particuliers ou par un intermédiaire, la réactivité est importante. Constituer un dossier, poser les bonnes questions, connaître le prix d'un intermédiaire, voici comment trouver un logement.

1. Préparez votre dossier de location

Que ce soit pour un logement proposé par une agence immobilière ou un particulier, constituer un dossier est essentiel.

Le futur bailleur doit faire son choix en fonction de votre solvabilité. Une liste de pièces que le bailleur, ou son mandataire, peut demander au locataire et à sa caution a été fixée par le décret du 5 novembre 2015.

  • Justificatifs d'identité en cours de validité :
    • carte nationale d'identité française ou étrangère ;
    • passeport français ou étranger ;
    • permis de conduire français ou étranger.

Le propriétaire peut exiger que la pièce d'identité comporte la photographie du titulaire, mais ne peut plus exiger qu'elle comporte sa signature (décret n° 2019-1019 du 3 octobre 2019, venu modifier le décret n° 2015-1437 du 5 novembre 2015).

Important : si la caution est une personne morale, il peut lui être demandé un extrait Kbis original de moins de 3 mois ou les statuts de la société et un justificatif d'identité du représentant de la personne morale. Depuis début 2020, tous les chefs d’entreprises immatriculées au registre du commerce et des sociétés bénéficient d’un accès en ligne gratuit et illimité à leur extrait K ou Kbis numérique via le site monideum.fr.

  • Attestations des activités professionnelles :
    • contrat de travail ou, à défaut, attestation de l'employeur précisant l'emploi et la rémunération ;
    • si le locataire ou la caution sont non salariés : carte professionnelle, extrait Kbis, extrait D1 original du registre du commerce de moins de 3 mois...
    • pour les étudiants : une carte d'étudiant ou un certificat de scolarité.
  • Attestations des ressources :
    • 3 derniers bulletins de salaire ;
    • le dernier avis d'imposition ou de non-imposition pour la caution et les 2 derniers avis pour le locataire ;
    • pour les non-salariés : les 2 derniers bilans ;
    • titre de propriété d'un bien immobilier ou dernier avis de taxe foncière ;
    • justificatif de revenus fonciers, de rentes viagères ou de revenus de capitaux mobiliers ;
    • justificatif des pensions de retraites, prestations sociales et familiales, etc. ;
    • simulation de l'aide au logement ;
    • avis d'attribution de bourse pour les étudiants boursiers.
  • Justification de domicile :
    • pour le locataire : dernier avis de taxe foncière ou 3 dernières quittances de loyer ou attestation du bailleur que le locataire est à jour du loyer ou attestation sur l'honneur de l'hébergeant ou attestation d'élection de domicile.
    • pour la caution : dernière quittance de loyer ou facture d'eau ou de gaz ou attestation d'assurance du logement de moins de 3 mois ou le dernier avis de taxe foncière.

À noter : le bailleur peut vérifier l'authenticité de l'avis d'imposition fourni par un locataire, en rentrant le numéro de l'avis et le numéro fiscal sur le service de vérification des avis d'imposition sur le revenu en ligne.

Bon à savoir : afin de faciliter la relation avec les bailleurs et augmenter vos chances de trouver une location, vous pouvez constituer votre dossier de location depuis le service en ligne « Locatio ». Ce service vérifie que votre dossier est complet et permet d'envoyer directement le dossier aux propriétaires depuis un lien unique.

2. Trouvez un logement entre particuliers

Multipliez les recherches sur les sites internet de petites annonces et sites spécialisés dans la location entre particuliers pour trouver un logement. La plupart des sites proposent de créer des alertes pour vous envoyer les annonces correspondantes à vos critères de recherches. Optez pour ce service à condition de sa gratuité.

Les photos ne suffisent pas. Quelques points doivent être vérifiés :

  • Le montant du loyer annoncé est-il hors charges ?
  • Quel est le montant de la provision sur charges ?
  • Quel est le type de chauffage ? En cas de chauffage au gaz ou au fioul, quand la chaudière a-t-elle été installée ?
  • Quelle est la classe énergétique du logement sur le diagnostic de performance énergétique (appelé DPE et obligatoire dans l'annonce immobilière) ?
  • Quel est le montant de la taxe d'habitation  ?
  • Toutes interrogations correspondantes à vos attentes : équipement de la cuisine, WC séparé de la salle de bains…

Ces quelques questions pourront vous éviter de vous déplacer pour des logements énergivores, vétustes ou inadaptés à vos attentes.

Bon à savoir : depuis le 1er juillet 2021, les annonces immobilières doivent afficher, en plus de l'étiquette énergétique, l'étiquette climat du logement à vendre ou à louer (décret n° 2020-1609 du 17 décembre 2020). Depuis le 1er janvier 2022, l'estimation de la facture théorique annuelle doit aussi être affichée (article L. 126-33 du Code de la construction et de l'habitation). D'autre part, la méthode de calcul du DPE a été unifiée pour tous les logements et s'appuie sur les caractéristiques physiques du logement (arrêté du 31 mars 2021). Une nouvelle méthode de calcul est applicable depuis le 1er novembre 2021 pour les logements datant d'avant 1975 (arrêté du 8 octobre 2021). Pour ces logements, les DPE avaient été suspendus entre le 24 septembre et le 1er novembre 2021 en raison de résultats anormaux sur les étiquettes énergétiques. Le DPE est opposable aux tiers.

Par ailleurs, depuis le 1er avril 2017, les annonces de location doivent indiquer le montant du loyer mensuel charges comprises, le montant du dépôt de garantie, les honoraires de l'agence, le détails des modalités de décompte des charges locatives, la surface du bien ainsi que la commune dans laquelle il est situé.

À noter : un arrêté du 21 avril 2022 fixe la liste des informations obligatoires que doivent contenir les annonces émises par des non-professionnels pour la mise en location d’un logement à compter du 1er juillet 2022.

Important : constituer un dossier et poser les bonnes questions est également valable quand vous passez par un intermédiaire. Une chose supplémentaire à vérifier, combien vous coûte l'intermédiaire : les tarifs pratiqués par l'agence immobilière pour les différentes prestations doivent être affichés en vitrine ou à l'entrée ou dans les locaux de l'agence, et sur leur site internet.

3. Trouvez un logement par un intermédiaire

Vous décidez de passer par une agence immobilière ou par un « marchand de liste », sachez que des frais sont engagés.

Trouver un logement via une agence immobilière

Les frais de visite du logement, de constitution de dossier, de rédaction de bail et d'établissement d'état des lieux d'entrée sont partagés par moitié entre le bailleur et le locataire.

Le montant payé par le locataire ne peut pas être supérieur aux frais imputés au bailleur et les honoraires sont plafonnés pour le locataire.

Bon à savoir  : grâce au plafonnement des honoraires de location à la charge du locataire, le montant imputé au locataire ne peut pas dépasser un prix au m² carré fixé par décret et qui varie en fonction de la zone où vous cherchez votre logement. Retrouvez le plafond qui vous concerne sur le site Legifrance.

Les honoraires ne doivent pas être réclamés par l'agence avant la signature du bail.

Depuis le 1er avril 2022, les professionnels de l'immobilier doivent indiquer le loyer maximum correspondant au bien proposé à la location dans les zones d'encadrement des loyers (arrêté du 26 janvier 2022).

Bon à savoir : généralement les agences immobilières exigent que le locataire ait des revenus équivalents à au moins 3 fois le montant du loyer. Il ne s'agit que d'une pratique, aucun texte ne fait référence à cette proportion.

Trouver un logement via un « marchand de liste »

La loi ALUR du 24 mars 2014 réglemente la vente de liste. Sachez que le contrat conclu entre le « marchand de liste » et le bailleur doit prévoir une exclusivité pour une durée déterminée. Les biens figurant sur la liste ne peuvent donc pas être loués par le bailleur par tout autre moyen.

Le professionnel doit également vous faire signer un contrat visant l'ensemble de ses obligations et les modalités de remboursement total ou partiel si les prestations ne sont pas conformes à celles prévues.

Conseil : ne payez le marchand de liste qu'à la fourniture de la liste.

Cas particulier : que faire en cas de refus des bailleurs ou des agences immobilières ?

Il vous manque un garant ou un financement, notamment le dépôt de garantie, et vous essuyer les refus des bailleurs ou des agences immobilières, plusieurs solutions s'offrent à vous.

Vous pouvez chercher un garant dans votre entourage ou auprès de structures spécialisées, notamment la garantie Loca-Pass.

Vous pouvez également faire une demande d'aide au Fonds de solidarité pour le logement (FSL).

Ces pros peuvent vous aider